Appendice à Héliotrope, Circonvolution

J’apprends à écrire en dansant, Entre mes paumes que je roule et surtout, de temps en temps, mets dans ma boucle, porte à ma bouche Le sentiment d’avoir oublié quelque chose et celui d’être perturbé par les chamans de cuir derrière moi je ne comprends que bien plus tard qu’il s’agissait du sentiment qui m’attrape d’ordinaire devant les punks m’effrayaient un peu, ils souriaient si peu. Je devais avoir l’air d’un enfant trop sérieux qui voulait bien entendre sa poésie « taisez-vous j’essaye d’écouter la musique » souhaitais-je dire à mes camarades disperchés. je n’aime pas ne pas entendre la maîtresse. Je mets dans ma boucle la boucle elle-même et j’étends ma phrase d’un développement « à la manque du dimanche » cela sonnait. bien, avec un peu d’effort je pouvais le répéter sur la pulsation pour refaire un tour : Tout le monde est là ? (je regarde au-dessus de mon épaule pour vérifier :)

[Appel:]

Chamans et teufeurs, (micro boucle “du dimanche”), pour conserver le balancement il faudra étendre teufeurs d’une paronomase aussi. Reprenons, d’abord il y a chamans micro boucle “à la manque” et teufeurs XXXX, bien, Nul ne se perche… oui oui, le saut à la perche, micro boucle “de la hauteur” et puis… et puis… j’oublie quelque chose. La boucle continuait j’en suis au coin supérieur droit

Quelque chose avec le soleil, je ne le formule plus mais je sais qu’il est là quelque part dans la boucle, oui oui il n’ose me défier *les lunettes de soleil* et encore une autre idée sur le soleil que j’ai intercalée tout à l’heure dans la boucle sur une voix plaintive une distanciation pleurniche : Tout était sombre autour de moi, everything was so dark, I was so afraid, les gens autour de moi étaient sombres et le monde entier était tout noir de désespoir… le narrateur reprend son ton messianique Je retirais mes lunettes de soleil et tout s’éclaircit, merci. puis sereine une voix de jeune fille qui accepte la mort Tout était si sombre j’étais effrayée dans le noir, mais c’est fini tout est clair maintenant,“j’étais effrayé dans le noir mais c’est terminé” c’est ça, je l’avais presque perdu, hop je le remets dans son socle resté vacant. Dans la boucle. La dame devant sur ma gauche je ne sais pas trop où elle est, elle parait très loin mais si je compte les rangées elle doit être très près, je la sors de la boucle. Je la sors de la boucle. Trop tard, j’y ai déjà trop pensé. J’éxamine à la lumière les pellicules de la bobine déroulée sur mes paumes , chamans et teufeurs microboucle2, saut à la perche, le soleil, les lunettes, et… Mon regard se perd vers les « hauteurs inatteignables » Je jubile en observant les drapés ensoleillés , le vent y forme des plis et replis enluminés… des reflets de piscine. C’est bien, voilà qui fera très bien le lien… et je récapitule encore un tour… JEUX À BOIRE : « J’ai mis dans ma boucle » la manière dont si je lève la tête (ça n’arrive qu’aux kicks) ma perception met du temps à s’adapter, mon regard à se focus tant je suis absorbé, les rangées éloignées se font jour, à mes yeux bien dessinées, je pourrais extraire un corps et le détailler. Tout est si éloigné mais je vois les choses avec la certitude de contours accrus.
Ce ne devait être que des hommes tentant de se tenir face à la puissance du son, une fois qu’ils s’étaient bien affaiblis.
Avec quelque acuité visuelle on montrerait aisément que l’on peut observer ici la présence du son, dont il est faux de penser qu’il est invisible : on en voit les effets et la divine puissance.Un prédicateur sur son estrade nous dépossédait de notre volonté pour faire de nous une mer de corps obéissante à la tempête dans laquelle je plongeais les yeux en avant de la tête la première nous perdre encore davantage dans le flux et reflux du sonEt ce prêtre qui ne s’arrête toujours pas.
Moi non plus ! J’ai chiffonné ma cheville droite (ce doit être une tendinite) mais je m’en fous comme un fou je danse dessus infatigable Je reprends : chamans et teufeurs, //, le soleil qui n’ose pas, j’ai oublié le saut à la perche avant le soleil, les gens effrayants à sortir, sans doute aussi “le-typauvisagerecousucomme unzombideSilenthill” je l’ai bien vu mais pas trop observé, je ne laisse pas rentrer les particularités des autres dans ma boucle ça rentre mal s’il y a trop d’individualités marquées trop long de décrire les coutures sur son visage boursouflé et puis ce n’aurait pas été très poli, enfin, je suis trop agrippé, je pense trop fort « singe gesticulant à flanc de montagne… une jambe puis l’autre, la queue d’un côté puis de l’autre

Je boucle sévère sur une plaisanterie que j’ai inventée il y a une heure ou deux et je commence à penser que je l’ai déjà vu illustrée tant elle est ordinaire, ou tant je me la suis répétée. J’ai par ailleurs trop honte pour demander à un camarade s’il a déjà vu une petite bande dessinée en noir et blanc partagée sur fb pour vérifier… Je suis toujours persuadé d’avoir entendu quelqu’un ou vu quelque chose/lu/entendu quelque part expliquant ce que je vis. Qu’une œuvre tierce m’avait mis en garde sur ce que je vivrais, me préparait à ces révélations, et médiatisait toute pensée de me l’avoir, sans doute, inspirée et je me dis que j’ai percé le secret [oui, c’est généralement à ce moment-là que je m’écris « J’ai compris »].
Je me demande à présent si je n’invente pas, quand je ne suis pas sûr d’avoir carrément surinterprété car je ne retrouve jamais le supposé matériau d’origine. Après tout je ne le cherche que lorsque cela me paraît en valoir la peine…


Bien des jours ont passé. Sur le coin d’un bar je méditais sur mes dé/connotations et de quel holocauste je parlais (que l’exagération demeure sans drame) lorsque j’entendis la télévision toute occupée par le championnat du monde d’athlétisme « Il aime la perche et c’est pour ça qu’il doit adorer voir sauter Armand. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.