Évohé

J’aimerais voir ton visage, ton vrai visage
Mère¡ Mère! ne reconnaissez-vous pas votre fils ?
Je l’ai vu, me voyant
Moi, je suis né de cette terre, bien planté autochtone, je n’erre pas comme un chien galeux, je ne dépends de personne
un peu de tenue que diable!
Pourquoi pareille surprise ? les dieux ne sont-ils pas des passes-murailles ?
À quoi ressemble ce dieu dont tu te réclames ?
Mon palais sans toit ! Un cœur inextinguible et brûlant Mon sang bouillonne et je voudrais sauter !
Un taudis plutôt
L’hospitalité pour un prêtre errant ?
Ma première vision fut celle d’un incendie qui ravageait ma mère et dans ses flammes c’était cette cité qui brûlait.

Que dis-tu ?
Il ne te sera pas permis de seulement voir, mais si tu insistes je ne peux te l’interdire, répondit le prêtre en ajustant sur les épaules du roi la tunique le travestissait. Dans la psyché où il surprenait le regard du prêtre tourné vers lui, le souverain était stupéfait de ne pas se reconnaître. Il était vêtu comme un miséreux et lorsqu’avec les gestes d’un frère amoureux, le vagabond lui détacha les cheveux frappèrent ses épaules une vague de dégoût le submergea :on aurait dit une femme.
Ainsi tu pourras participer à la fête.
Je veux seulement savoir ce qui se passe dans mon royaume.
Le jeune prêtre eut un rire doucement moqueur mais le roi en avait assez de chercher à comprendre. Qu’y a-t-il à comprendre avec ces étrangers ?
Viens allons-y
entendit-il alors qu’une main trop douce l’entraînait hors du palais par la cour, hors de la cité par l’une des sept portes, à travers la forêt à l’orée de la montagne, Penthée appréhendait un peu mais se laissait mener sans maudire. Après quelques heures .le soleil déclinait et le prêtre s’arrêtait au pied d’un pin.
Grimpe ! Tu seras aux premières loges
Penthée dut s’y reprendre plusieurs fois, même demander à l’étranger de lui prêter main-forte et, alors qu’il posait un pied sur son dos l’autre se moquait encore.
Enfin le voici dominant du regard la clairière reculée. Et voici ce qu’il vit :

Parmi les bêtes, les femmes enivrées dansaient certaines ricanaient d’autres la tête renversée modulaient un chant discordant il y en avait même qui se frottaient les unes aux autres ; parmi elles cette lydienne aux seins caressés par une autre en une extase que le jeune homme n’eût pas même soupçonnée. Et parmi elles, sa propre mère ! gesticulait avec ses sœurs caressant léopards et louves avant de se remettre à danser. Et à distance respectable, négligés eux aussi, son grand-père et le sorcier jouaient de la lyre et s’ils s’arrêtaient ne serait-ce que pour reposer leurs doigts courbaturés, les femmes se mettaient à hurler qu’elles n’entendaient plus rien, qu’elles voulaient du son remettez la musique !
Penthée observait fasciné le sexe faible s’abandonner à l’enthousiasme et si la pensée qu’il fallait vite descendre remettre de l’ordre dans tout ça lui intimait d’aller chercher les gardes, il ne parvenait à se détacher de leurs jeux. Soudain un cri retentit, l’une de ces folles l’avait aperçu au sommet de l’arbre et le désignait aux autres. Elles s’agitent, il veut faire signe au prêtre au pied de l’arbre mais il ne put le voir nulle part, un instant de plus et les femmes avaient pris sa place.

Eh! le perché! redescends ! Eh oh ! Ehoh! Ohohoh!
les voix se saisirent de l’arbre et secouèrent. Penthée s’accrocha tant qu’il put mais chut aux pieds des furies. Parmi les rires sa mère survint distribuant les lances qu’elles avaient confisquées aux soldats.
Mère que faites-vous ? Le souverain se liquéfiait et pleurnichait implorant sa mère.

C’est le crépuscule qui s’abat sur Thèbes alors qu’elles lui trouaient l’abdomen encore et encore bien après qu’il ne fut plus qu’un sac de sang au sein duquel elles se plaisaient à tremper leurs orteils en imitant, hilares, ses cris. La fête battait son plein lorsqu’Agathée s’agenouille sur le visage de son fils ; les genoux contre ses épaules, caresse ses mâchoires puis attrape le menton et tire. Tire et tire tant et plus
Ce porc ne veut pas me donner sa tête !
Une main lui tendit le fer d’une lance et laborieusement, elle lacère la gorge. Les doigts esquintés et la face souillée de sang elle parade et brandit son trophée au bout d’une pique.
Regarde regarde Papa ! je suis la plus grande chasseuse du pays ! Même les hommes me jalousent mon adresse !
L’ancien roi blêmit, pose les mains sur les épaules de sa fille, doucement l’interroge.
Cet animal, où l’as-tu trouvé ?
En haut du pin où il se cachait !
Quelle sorte de bête est-ce ?
Une vile et très grasse, bruyante et fort laide !
Regarde bien…
Et dans le marasme , une expiration mélancolique dissipait les vapeurs enfiévrées tandis qu’Agatée encore brûlante d’excitation relatait sa chasse miraculeuse et comment flamboyait dans l’herbe le sangde son fils
 ;
Agatée se saisit le front s’arrachait les cheveux. La foule des femmes qui chantaient ses exploits, saisie d’horreur éclatait en hurlements et sanglots, de toutes parts elles gesticulaient ou s’effondraient prostrées tandis que Cadmos et Thirésias tentaient des gestes de réconforts des paroles d’apaisement. Sous le regard au centre de la clairière, du prêtre entouré de ses plus fidèles bacchantes appréciant la volupté de l’air nocturne.

" data-link="https://twitter.com/intent/tweet?text=%C3%89voh%C3%A9&url=http%3A%2F%2Fmangr0ve.com%2Fevohe%2F&via=">">Tweetez
0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.