Lourdeur et légèreté

Il était revenu ce jour-là, elle l’avait regardé, elle avait compris. C’était terminé. Était-ce l’effort physique auquel il avait consenti pour rentrer, sur son vélo ? La pluie battante avait-elle purifié ce qu’il restait de l’inconstant qui était en lui ? La combinaison de la roideur météorologique et de la tension musculaire qu’il s’était imposée ? Toujours est-il qu’elle avait compris en le voyant qu’il en avait fini avec les aventures, que l’homme qu’elle avait connu lui était revenu, comme ça, comme après un orage qui aurait duré plusieurs décennies. Mais était-ce vraiment le même homme qu’elle voyait là devant elle ? Les années à dire vrai les avaient changés l’un comme l’autre, rendus plus lourds, plus épais…

Qui c’est ce Kundera pour nouveau bourgeois ? Il nous emmerde avec ses bons sentiments de mec qui galère à avoir une demi-molle. Lui il rentre sur son vélo le soir et le voilà illuminé par l’esprit saint du tote bag : « Ah tiens, si j’arrêtais d’avoir la maturité affective et sexuelle d’un gamin de treize ans et de ken toutes les meufs qui me font penser à ma femme en plus jeune. »

Et revoilà la frustrée de féministe qui pense tout pouvoir réduire à du concept alors qu’elle voit le monde à travers la lorgnette de sa souffrance. Du ressenti pour penser le monde, le féminisme. Le grand mélange du subjectif absolu avec l’objectif. La rigueur intellectuelle confisquée par la douleur du roi individu ou plutôt de la reine…

Je suis noir, mon avis compte parce qu’on est raciste avec moi.

 

J’ai mal au ventre, sûrement que je suis intolérant au lactose.                                                                                                        Rien à voir avec la coke que je me fous dans le pif tous les week-ends pour arrêter d’être ce subalterne de ma propre vie. 

« Le ressenti » voilà le maître mot de notre temps. Un mot bien laid qui ne veut rien dire d’autre que : nous sommes tous devenus des gros marshmallows d’affects mal digérés à qui on a dit que leur vernis de culture pouvait suffire à élaborer une pensée valable. De ressenti à ressentiment il n’y a finalement pas beaucoup plus qu’une syllabe.

D’où il parle celui-là ? À se prendre pour Diogène, il finit par chier partout comme un chien de la casse. Sauf qu’il confond la noble doctrine cynique et sa souffrance le mariole. Incapable d’accepter le monde en toute lucidité, il se contente de cracher sur ses semblables, plutôt que de se frotter à la réalité qui pourrait l’écorcher. Écorcher sa peau si peu épaisse. Bien facile d’étaler sa crasse sur l’existence et de crier qu’elle est laide.

" data-link="https://twitter.com/intent/tweet?text=Lourdeur+et+l%C3%A9g%C3%A8ret%C3%A9&url=http%3A%2F%2Fmangr0ve.com%2Flourdeur-et-legerete%2F&via=">">Tweetez
10 Partages

Commentaires :

  1. S1mio-mustyk says:

    D’abord, ma mère est d’accord : je suis vraiment intolérant au lactose.

  2. Alg’VWY7a says:

    Il attend M. Guillaume À son tour il va le mettre dans un grand sac-poubelle, peut-être moins gros que celui de l’huissier. Pense-t-il lui aussi à ses sacs-poubelles ?
    Il est tellement creusé désormais qu’il semble qu’il n’est plus qu’un pic montagneux encerclé d’abîmes d’inquiétude.
    Au volant de la quatrième voiture de la journée, dont il descend pressés dans cette tenue qui lui va encore moins que les gants (il a même des cheveux maintenant). Le regard fiévreux au creux d’un visage tordu vers la fente du mur. Il faut que ça passe, rien d’autre ne peut avoir d’importance maintenant, cette lucarne si étroite contiendrait son seul espoir, si seulement il passait le caniveau le trottoir et dedans l’A4 brune striée. Forte illusoire porte de sortie, il ne parvient lui-même à s’en défaire tout à fait pour admettre qu’il n’y a pour lui qu’une ouverture à travers laquelle il pourra lui aussi glisser, s’enfoncer, mais contrairement à D’’ ce n’est pas le facteur au bout mais sa cervelle giclée sur la boîte aux lettres, à travers le tube d’acier précipité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.