À l’aimée

M’apparaîtrait égal·e aux dieux
qui [en vérité] face à toi
serait assis·e, surtout, à la portée de ta voix ;
t’entendre.

Éveillé·e par ton rire au désir et,
le cœur se liquéfiant dans la poitrine,
la voix ne passerait plus au seuil de la trachée
À ta vue
.la langue brisée
Et la douce fureur d’un feu (qui) souscoure à fleur de peau
les yeux qui ne voient plus
et les tympans en proie à un unique bruit : le bourdonnement.

Ruisselant·e de sueur partout saisi·e de spasmes
perdre, telle de l’herbe, ses couleurs
craindre d’étouffer. Et,
manquer de si peu… en mourrir…
Et malgré la douleur : la hardiesse de tout risquer.

Commentaires :

  1. S1mio-mustyk says:

    Traduction/variante (ou l’inverse c’est égal de toute façon) du célèbre poème de Sappho « Ode à l’aimée » ou « L’Égal des dieux ».
    Cette version est en partie inspirée de celle [et surtout de la postface] de Philippe Brunet, éditeur scientifique de l’ouvrage L’Égal des dieux cent et une versions d’un poème de Sappho, Paris, Éditions Allia, 2018 [1998] ; qui donna l’envie de traduire/variationner sur this shit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.