Je me fais nègre [remix]

Vous me regardez, Monsieur ? C’est-à-dire. que je ne suis pas très joli.
Sclérosé, tordu, courbaturé des entailles cicatrices et marques que la civilisation m’a infligées.
Sauvage!
À la cale avec les autres. Comme Tout le monde à la cale! tous à la cale ! il faut bien s’occuper, alors, gymnastique spirituelle : je compose silencieusement des blues syncopés, au chaloupé toujours légèrement inconfortable. De quoi entretenir la souplesse nécessaire si je veux décoloniser mon esprit pouvoir étirer mes mains malgré les menottes.
Quand mon heure sera venue.
Car
Je me suis fait nègre (grand bien m’a fait)
courbé le dos
obéi
entendu
attendu

Je complote en parjure ta chute et puisse Dieu reconnaître les siens.
Alors que j’arbore ma force nouvelle… On’ose plus me bousculer, à raison. Le ressors est tendu mûr: au moindre mouvement : clack/tcha’’!
Incendie encore.
cet été, dans la mégalopole que j’abhorre.

Vous m’aviez bien colonisés. Fort sot qui dira que l’homme blanc n’est pas un homme généreux : il partage sa bêtise et ses démons tel le christ son propre corps. Merci merci

Mon sacerdoce ourdit ta chute merci merci et puisse Dieu reconnaître les siens.
Djihadistes, pyromanes, violeurs et assassins sont mes frères J’embrasse celui qui grattera la première allumette et je festoie sur vos corps de bêtes abattues à défaut d’avoir changé le monde j’aurais mon heure de (ré)jouissance.

Et pourvu
qu’un autre monde naisse de ces cendres,

Pour retrouvre la mixtape c’est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.