Je me fais nègre

Je ne pa…

21:12 Barbarossa-Diosthène: Ha! ils aiment les palabres ces nègres !
C’est bien vrai qu’ils sont incapables de commencer une phrase par autre chose que « je ». (À cette heure) nos sociétés sont atteintes d’un inquiétant syndrome : une foule de petits blancs qui rêvent de pouvoir les imiter. Heureusement, ils en sont encore au stade embryonnaire et avec la bonne faux, nous pourrons, couper le mal à la racine.

Je ne parle qu’à ceux qui ont senti un jour,
la langue se tordre sur un gouffre les pieds aspirés sous la pensée

J’ai sombré ce jour-là.

tout au fond du noir plus noir que le noir,
et je me suis fait nègre.

Émergeant
d’une eau épaisse et boueuse, mon corps couvert, humide grisonnante en séchant : (des plaques de terre, qui) m’ont fait nègre. et je m’en vais chercher un boubou pour compléter ma panoplie, et des crânes, !
— De qui les crânes ?

« Viendra le temps de revêtir les chapeaux coniques sur les têtes comiques de ceux dont je désire les crâne pour ma grande collection, je n’ai pas encore la cheminée assez grande pour les y disposer (chacun une plaque, bien massive, genre bien/bon nouveauxriche) mais j’y travaille, » [d1.235]

Je ne pouvais tomber plus bas, me trouvant fort perché au fond du gouffre : « Je souffle la tourmente comme l’oracle batractéien au fond du puits. »
Car l’on m’a astreint, trop longtemps convaincu qu’il fallait obtenir d’eux la flatteuse caresse et plaisante congratulation: Like this. a Negro. should Walk. je m’escrimais à tenir mon stylos tel les experts dactylographes le recommandent.
Désormais pour dire : “leurs doigts bodybuildés n’ont pas la grâce chaotique de Lavagabondeet les tâches s’effacent!”,
je ne parle qu’à ceux qui savent que le diable est un escargot qui chuchote à l’oreille d’un con. Une camionnette est passée ce matin, dans sa coquille, brosses éponges et seaux pour balayer avant de “Attention ,(c’est BB. D. qui parle), je vais projeter des couleurs et de la musique baroque entrecoupée d’électro planante sur la mairie,” voilà qui fera fort joli. Depuis : je ne parle qu’à ceux qui courbent le dos en prévision de la flèche lancée-fichée entre les omoplates par le premier médiateur culturel, professionnel et spirituel ie. Pantagruel, Gargamel et Gabriel.
Sache; que je hais les bonnes actions : un vieux noir éclopé? je lui tire sa béquille en ricanant,
Like it .a negro should walk.
Je ne parle qu’à ceux qui ont vu leur langue se tourner en une ancre et choir Au fond de mon sanctuaire le rai de lune murmure, à qui tend le regard lorsqu’il passe sur mes mains ouvertes à l’obscurité “Ils m’avaient bien colonisé, bien fait croire que je ne méritais que de les imiter en bon singe que j’étais. Pour espérer qu’ils me fassent participer à leur bonheur. Ils m’avaient bien persuadé, bien colonisé, qu’ils possédaient le monde et moi le seul droit de faire des ronds dans la marre…du bout de mon bâton…c’est le moment de l’illumination : !je vais plutôt l’allumer par les deux bouts!

Les morceaux d’arbre que je frotte pour ériger mon campement parmi les racines hostiles n’obtempèrent cependant pas à ma conviction. (Lorsque j’aurais mon feu je n’aurais plus à faire face aux appréhensions qui m’habitent chaque fois que je me branle dans le noir : la jungle regorge de craquements et chutes qui m’effraient);  et dire que j’avais presque à cœur d’être propriétaire !
Je ne parle qu’à ceux qui un jour ont senti leur parole se tordre jusqu’à se ficher dans le sol et la langue hypertrophiée, lourde entre les dents.l’échine s’humidifie brûlantëraide comme un silence. Adepte puéril de toutes les sous-cultures, Je te dis que je suis un animal dressé, malgré mes métamorphoses, par les phantasmes de bas étages programmés pour les macaques de mon espèce, à l’enthousiasme sauvage dès que musique résonne dans mes lobes. Rouge dhétérogénéïte et j’attends le métro, toujours au même endroit, planté face à la glace où se reflètent les sous-vêtements, vanilles ou chocolats (qu’importe les stations), J’attends
Rien. qui vaille d’être regardé écouté, transpiré, je fatigue; de médiocrité ambiante et je reprends avec tous ceux qui voudront être des miens, le rugissement du jaguar

LikeLike. it. a negro should walk

Je ne parle qu’à ceux qui savent qu’une heure avant le rebours de la journée, s’éveille la louve qui vient enfanter les miasmes de la plaine: Lacive la journée, me laisse dans l’écume des draps parmi les vapeurs d’opium en squatt’avec mes frères de passage la sueur inonde nos membres, hydrate depuis la chute l’arête du nez jusqu’au plancher inégal. Les passants dégoutés me regardent, dans ma torpeur-nègre comme un animal grotesque ; impropre à la cité? Oui, sans doute car
Je ne parle qu’à ceux qui se sont trouvés devant l’autre, la langue entre les mains comme les deux bouts d’une assiette trop fendue.(!Sauvage,)Couvert de cicatrices et d’entailles que les civilisations m’ont infligées, et le derme plus ferme je revêts la crinière du hérault, Dans ma clairière inondée, [eau croupie, coca-cola, lait en poudre et sucre stérilisé] I’m Going native:
Autrefois sur le pont aujourd’hui comme tout le monde aligné à la cale, je vends mes gravures 2$ pièce dans une vitrine exotique au sein de ma réserve.

14:15 Barbarossa-Diosthène : Moi je suis pour des subventions, mais pour une musique qui soit harmonieuse. Si c’est pas harmonieux on arrête. Il faut que ce soit Cu-ltu-rel

Une nuit « dans un [métro] en face de moi, » une vieille assise, jupe sous le genou a fixé les trous (ce n’était pas qu’une nuit) de mon pantalon (elle pense “Like it. a negro should walk”), à ne pas même considérer le mix que j’éprouve et voir en la réalisation de mon être l’acoquinement quand j’approuve à ma connerie défendante qu’on sert la gorge au point de lui faire vomir ses yeux à celui qui s’endort la conscience tranquille, le cœur content, et la pensée étale à la vue de sa fiche de paie du bulletin de son premier-né de son trois-pièces repassé quand je rapièce un an de plus mon blouson

……
Et je me découvrais nègre,
en mes appétits
sous mes doigts, le papier et la corde
dans ma ville, ghetto généralisé
au creux, bien pelotonné, de mon opulence sucrée
Et il est vrai,
qu’au fond de mon cœur,
je ne parle plus à grand monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.